12 octobre 2012

HP fanart : Il court

J'en ai mis du temps pour sortir cette page couverture. Le brouillon était déjà dessiné à la main et numérisé depuis le mois d'août. J'avais commencé une commission en même temps pour quelqu'un qui m'a dit de prendre mon temps. Je suppose qu'il ne pensait pas que cela prendrait autant de temps. Je ne l'ai pas finie.

Et oui, j'ai pratiquement une double personnalité. Ayla Pendragon écrit et ~Ayla's lulaby~ dessine :)
Revenons à la page couverture d'Il court, ma fanfiction sur Neville Longbottom. J'ai trop d'erreurs sur ce dessin pour l'aimer, mais je le trouve bien parce que c'est le dessin au décor arrière le plus complexe que j'ai fait à date (québécisme). Je déteste dessiner des background. Je me suis toujours pratiquée à dessiner des personnages, j'suis assez bonne à ça. Je vais devoir commencer à changer cette manie. Et je ne sais pas dessiner/colorier quelque chose de mouiller. Les cheveux qui frisent c'est cute, mais...


11 octobre 2012

Reconnaissance

Reconnaissance - selon Antidote

u 
Action d’identifier correctement une personne, une chose.
Ÿ
[INFORMATIQUE] Ensemble des techniques qui visent à faire reconnaître et comprendre par les ordinateurs certains signes graphiques ou sonores. 
u 
Aveu, confession. 
u 
Fait de reconnaître officiellement qqch. comme vrai, comme légitime.
Ÿ
Document par lequel on reconnaît une obligation. 
u 
Examen systématique d’un lieu. 
u 
[MILITAIRE] Recherche de renseignements sur le terrain ou sur l’ennemi. 
u 
Sentiment qui porte à témoigner que l’on se souvient d’un bienfait. Éprouver, témoigner de la reconnaissance. Témoigner sa reconnaissance à qqn. Une vive reconnaissance. Elle mérite notre reconnaissance. Accorder une prime importante à qqn en reconnaissance de services rendus.

Une chose que ma mère, mon irritation suprême, ne cesse de demander depuis... Je ne sais pas moi, depuis qu'elle a appris à chialer à haute voix. Elle n'a pas de voix interne donc, quand elle doit t'insulter, elle le fait à voix haute. Que de bons souvenirs d'enfance!

Stage - Jour 11

Je suis écoeurée de ma mère. Aeurgh! Ce sera pour un autre billet.

Toujours court et avec le peu de mémoire que j'ai...

Stage - Jour 11

secrétaire
Nous sommes lundi, c'est la journée d'accueil de nouveaux employés du C3S. J'aide à préparer la salle, placer les chaises, les tables, les documents informationnels. À 8 h 30, je me poste devant les ascenseurs pour accueillir les retardataires. J'ai aidé trois femmes à trouver la salle de réunion, je leur ai remis les badges.

À neuf heures, je suis retournée à mon bureau pour faire le tri des curriculum vitae par école de formation. Parce que si personne n'est encore venue pour la journée d'accueil à leur nouvel emploi, cette personne ne voulait pas travailler. Donc, j'ai reçu plusieurs piles de curriculum vitae à séparer. Fastoche. Mais je dus m'arrêter pour aller voir si personne n'avait d'autres tâches pour moi. Car vendredi, avant de partir, la big boss m'avait promis qu'une de ses collègues aurait quelque chose pour moi.

Finalement! Une nouvelle et plus intéressante tâche! Yeh! Non, sans déconner. Je pensais avoir plus de choses à faire avec la bureautique, une de mes forces. Donc, je dois remplir une base de données provenant de plusieurs documents différents dans un seul fichier Excel, vérifier que les informations sont exactes, sans fautes. Love!

10 octobre 2012

Tremblement de terre à Montréal

Source

Il y a eu un tremblement de terre vers minuit 20, aujourd'hui. J'étais en train d'écrire le billet sur Jeeja Yanin. J'ai eu les jetons. J'ai pensé qu'un train avait déraillé proche de chez nous, une rue nous sépare du chemin de fer.

J'apprends que c'était d'une magnitude 4.5 sur l'échelle de Richter, à Longueuil, sur la Rive-Sud. On l'a ressenti jusqu'à Montréal.

Je n'arrive pas à m'imaginer un point de plus. Si à 4.5 j'ai eu la chienne, j'imagine pas ce qu'ont dû ressentir les Haïtiens en 2010. J'ai toujours cru que c'était rare ici, mais la carte du Canada des derniers tremblements de terre montre une autre histoire.

Sur la côte Ouest, c'est compréhensible, il y a de belles plaques qui bougent là-bas. Les États-Unis n'arrêtent pas d'en faire mention dans leurs films de cataclysme. Je sais au moins que leurs bâtiments sont préparés à ça. Est-ce que nous le sommes? Je plains les victimes de séismes qui ont dû mal dormir, cette nuit.

Jeeja Yanin



La plupart des informations et images qui vont suivre viennent de deux sites de fans jeejayanin.net et Jeeja Yanin.

Je suis fascinée, légèrement écoeurée, par Hollywood et les anorexiques qu'ils essaient de nous passer comme héroïne de films d'action, ces derniers temps : Angelina Jolie dans Salt, Zoe Saldana dans Colombiana, Maggie Q dans Nikita, etc. Les autres pays ne sont pas mieux, Qi Shu dans So Close (elle n'était pas si maigre), Ziyi Zhang dans Rush Hour 2, etc. Ce sont des films de toute façon, tout est arrangé au montage, comme on dit.

Jeeja Yanin

L'une des dernières minuscules brins d'femme à faire son apparition est Jeeja Yanin. Mesurant 5'3, ne devant pas peser 100 lbs, mais entraînée dans les arts martiaux. Élément de son curriculum vitae d'actrice de films d'action qui a attiré mon attention. Je suis en amour avec cette nouvelle star depuis 2009 quand j'ai entendu parler de Chocolate sur le net.

Son vrai nom est Nicharee Vismitananda, nulle part il est fait mention de la provenance du nom Yanin ou Jeeja. En tout cas, elle est née le 31 mars 1984 à Bangkok. Partie Wiki, fini. La partie jeejayanin.net commence...

Elle a été découverte en 2003 par le réalisateur de films d'action thaïlandais Prachya Pinkaew. Il était en train de travailler sur le casting du film Born to Fight de Pranna Rittikrai. Elle était déjà 3e dan en tae kwon-do. Elle a dû quand même s'entraîner en muay thai pour les prochaines années. Car le script de Chocolate, sorti en 2008, de Prachya Pinkaew a été écrit avec elle en tête.
Jeeja Yanin
Je ne sais pas si le film a fait fureur, j'en ai rien à cirer si ça n'a pas fait des centaines de millions. Le film a dû intriguer assez de monde puisque l'année suivante elle joue dans Raging Phoenix, du réalisateur Rashane Limtrakul. Du muay thaï mélangé avec du break dance, whatever!

Elle jouait dans le film, c'est tout ce que j'avais besoin de savoir. Elle avait une allure plus adulte, cette fois. Plus de paroles aussi. Je n'en sais rien pour son talent d'actrice, elle ne fait pas d'erreurs jusqu'à maintenant, à mes yeux.

Les combats de Raging Phoenix étaient moins intéressants que dans Chocolate, mais passables. L'histoire était nulle, en s'il vous plaît, par contre.

Jeeja Yanin
Elle participera en 2010 à un autre film, Jak Ka Ran, mais je ne l'ai pas vu et il n'est pas affiché sur IMDb. The Kick suit, il sort la même année que Jak Ka Ran.

J'ai vu le film au festival de Fantasia, cette année. J'ai aimé. Je n'ai pas fait de critique parce que je ne savais pas par où commencer. C'est surtout aussi la paresse, je n'avais rien à dire de bien ou de mal sur le film.

Mini review, here ---> C'est l'histoire d'une famille coréenne possédant un dojo de tae kwon-do vivant en Thaïlande. Tout comme pour Raging Phoenix; ce sont deux mondes qui se rencontrent : le tae kwon-do et le muay thai. C'est surtout l'histoire d'un jeune homme qui se rendra compte de ce qu'il y avait de bien dans l'art que son père essayait de lui impartir.

Jeeja fait super bonne figure. Elle n'est pas l'actrice principale, elle se lie d'amitié avec le héros de l'histoire. Les scènes de combats sont bien meilleures que dans Raging Phoenix.

Tony Jaa et Jeeja Yanin
The Protector 2
Récemment, j'ai failli avoir une attaque quand je remarquai qu'elle faisait partie de la distribution du film Tom Yum Goong II/The Protector II avec Tony Jaa. J'ai vraiment hâte à celui-là. Il y a aussi une rumeur, Wikipedia vraiment, qu'elle fera une suite à Chocolate. J'me demande pourquoi. Why? Je trouvais que cela avait très bien fini, Zin étant réunie avec son père, au Japon.

Mauvaise nouvelle pour moi, selon Wikipedia, la femme de 28 ans est enceinte et elle va se marier bientôt. La mauvaise nouvelle n'est pas son mariage, mais ---> Elle cessera de faire des films pour les deux prochaines années. Croisons les doigts que cette promesse est aussi valide que celles d'Angelina Jolie.

Je lui souhaite un beau bébé, un beau mariage et tout le tralala. Je lui souhaite de retourner rapidement devant une caméra pour ses beaux et violents coups de pieds.



Jeeja Yanin   Jeeja Yanin   Jeeja Yanin   Jeeja Yanin   Jeeja Yanin   Jeeja Yanin   Jeeja Yanin   Sweet

Nice legs!
Source

Parlant de jolies jambes, je peux réellement l'imaginer en jeune Chun-Li. Le tae kwon-do est très bon pour les jambes, d'où le dérivé tae-bo. C'est moi qui fait semblant d'y connaître quelque chose.

Cote : big fan!


9 octobre 2012

Chocolate

Chocolate
J'adore Jeeja Yanin, je parlerai d'elle dans un autre billet. Elle est toute petite et cute, sa voix est un peu agressante, mais comme elle parle peu dans ses films, who cares! Ça doit être l'accent thaï, désolée, j'peux pas aider.

L'histoire de Chocolate est toute simple. Une gamine, Zen, autiste essaie de réunir suffisamment d'argent pour payer les factures médicales de sa mère atteinte de cancer. Le reste, c'est du spoil.

Avant sa naissance, sa mère, Zin (Ammara Siripong), faisait partie d'une mafia thaïlandaise. Elle rencontra le père de Zen, Masashi (Hiroshi Abe), un yakuza quand celui-ci essaya de mettre pied dans le territoire du boss de Zin. Ils tombèrent amoureux l'un de l'autre et tralala.

Jeeja Yanin

Le boss n'était pas content, son bras droit -son enforcer, surtout- ne pouvait pas fréquenter les yakuzas. Il était plus jaloux qu'autre chose, anyway. Il leur donna un ultimatum violent, durant lequel le boss se tira sur le gros orteil exprès. J'avais pas compris la référence. Ils se séparent plus tard, il retourne au Japon et elle coupe tous les ponts avec le crime organisé.

Zin tombe enceinte, donne naissance et quelques années plus tard apprend que sa fille est différente des autres enfants. Son docteur la diagnostique autiste. Le seul moyen de calmer Zen quand elle pleure est de lui donner des chocolats Smarties/M&M d'où le titre du film. Son point faible, tous héros doivent en avoir un, est la vue de mouches. Quand elle était petite, une mouche s'est faufilée dans sa bouche et elle dut aller à l'hôpital.

Zin est toujours en contact avec Masahi, elle lui envoie des lettres sur la santé de sa fille. Mais, elle se fait prendre et le boss lui rappellera ses conditions, avec grande sévérité, of course.

Attention danger
Source
Le reste du film montre comment Zen apprend les arts martiaux en étant bonne observatrice, il y a un dojo proche de chez elle et elle regarde une tonne de films d'arts martiaux. Sa mère et elle se lient d'amitié avec un garçon, Mangmoom (Taphon Phopwandee) qui deviendra presque le gardien de l'enfant autiste. Sa mère tombe malade et Mangmoon découvre un livret où sont marqués les noms de personnes le montant d'argent qu'ils doivent à quelqu'un. Bien entendu, il assume qu'ils doivent à Zin.

Les problèmes arrivent bien assez vite.

Les combats et cascades sont hallucinants quand on sait qu'il n'y a pas de cordes pour aider la frêle femme à accomplir ses sauts. Je dis femme, bien malgré moi, parce qu'elle avait 24 ans quand le film est sorti. Je plains surtout les cascadeurs surtout quand je pense à celui mort sur le lieu de tournage d'Expendables II. J'crois pas qu'il y ait des matelas pour les chutes.

Un commentaire sur IMDb m'a fait rire à haute voix. C'était toujours à propos des take out à la fin du film montrant les stunts et blessures des acrobates, cascadeurs et de l'actrice.

« ...In Chocolate almost everything you see is real. They just do it, and hope they survive... » Source


Cote : une menace de 5'3 crédible

The Angel

Voici le short dont je parlais, dans le billet Fantasia '12 - The Human Race.

festival fantasia 2010
the Angel
J'ai vu le short à Fantasia 2010, si je me souviens bien. C'était en ouverture d'un film, je crois. Je ne m'en rappelle pas. L'histoire dure moins de 10 minutes. Elle est légèrement glauque, mais l'attention est sur Eddie McGee et ses scènes de combat. La réaction de la fillette(Celine Tien) à la fin est priceless.









Vidéo intégrale :


THE ANGEL - watch more funny videos

Cote : j'm'étais tellement marrée !


Stage - Jour 10

Je n'étais pas d'assez bonne humeur pour écrire quoi que ce soit, ces deux dernières semaines. J'ai perdu ma clé USB, ce qui me mit en rogne. J'ai dû la laisser quelque part au C3S. C'est certain que quelqu'un l'a prise, j'avais un début de texte pour le 10e jour de stage. Le chapitre 4 d'Anomalies était commencé. Et plusieurs autres histoires auxquelles je devais jeter un deuxième coup d'oeil.

J'ai toujours mes notes de stage, donc je vais beaucoup m'en servir pour résumer ma semaine. Contrairement aux billets d'avant, les cinq prochains seront vraiment court.

Allez...

Stage - Jour 10

Début de journée de classement assez banal. Je croyais recevoir plus de tâches, mais non. J'ai eu à remplacer la technicienne au cv et tout ce qui est relié au pré emploi, en après-midi, elle avait un rendez-vous.

Je reçus des lettres de refus à adresser, mais je les ai finies avant dîner. Pour le reste de la journée, je continuai à préparer les pochettes d'accueil, à placer les curriculum vitae que je recevais par fax. J'ai accueilli et donné de l'informations à deux walk-in.

Et je me suis faite rabrouer par je-ne-sais-qui pour avoir fait comme celle que je remplaçais, avoir gardé la porte du bureau fermé. J'avais compris mon erreur, mais elle n'arrêtait pas de se répéter, j'espère que mon sourire n'était pas condescendant. J'essayais de la calmer. J'espère seulement ne pas avoir mis dans l'trouble la technicienne administrative.


28 septembre 2012

Hello?

Is it me you're looking for?

Source
Non, pour de vrai, qui est-ce qui lit ce blog? J'ai plusieurs hits de sites porno russe, de sites de weight loss, d'un site youtube pour jeu vidéo, tous random et tous ridicules. J'ne fais pas d'pub. Mais j'ai des centaines de hits sur le blog en question. J'peux comprendre, ce sont des redirections, bidons, attrapant des surfeurs au passant.

Mais mes billets de stage? Où est l'intérêt? The Expendables? Okay. The Protector? Avec une recherche sur Google de Tony Jaa, d'accord. Mais Stage - Jour 07? Tout de suite après l'avoir posté. Et je sais que c'est pas moi, j'ai désactivé "le suivi de mes propres consultations de pages". J'viens de poster le troisième billet sur ma série de chaussures merdiques et je viens pour écrire ce billet, un hit.

Je me pose la question parce que ça me fait marrer. Est-ce que c'est Google qui m'envoie des hits sur mes billets? C'est gentil, mais, non merci. Même mes potes ne savent pas ce que j'écris sur elles. Ce blog est un exutoire semi-privé, semi pour le futur. Nous sommes tous imbus de soi, je n'y échappe pas.

Toutes ces visites, pas un message. À moins que ce ne soient des anglophones. Ce qui est étrange parce que je salue l'Algérie, le Maroc et la France, là.

Chaussures ridicules

Pas si merdique, mais ridicule tout de même. Elles ont l'air cheap, les couleurs sont dégueu. Les chaussures ont pas du tout l'air sûr, mais l'idée derrière est intéressante. L'article de la source de l'image écrit :

« Une petite révolution pour toutes les filles qui aiment les chaussures à talon mais pas dans toutes les circonstances...

Pourrait être compliqué...
Source de l'article
Courir après son bus ou son train le matin, conduire ou encore pour faire ses courses, ce n'est pas chose facile avec des talons aiguilles. Voici des chaussures élégantes et bien pratiques !

Pour courir ou marcher vite on enlève le talon et une fois ariver (sic) à destination on remet le talon. Un vrai petit bijou d'élégance !

Un simple bouton et hop le talon disparait (sic) ou apparait (sic).

Avec ces chaussures les filles plus besoin de transporter une paire de ballerine dans son sac ! »


D'abord, il manque beaucoup de virgules. Secundo, ce n'était pas bête. Mais quand j'ai cliqué sur le lien pour voir ce qu'il en devenait, l'article est de 2007, le lien m’envoie sur un site d'assurance, toute rose nanane.  On essaie de glisser un message?

Je pousse mes recherches et je tombe sur un site qui dit pratiquement la même chose que moi. Sauf que les chaussures étaient une idée de la compagnie d'assurance que j'ai trouvé à partir de la source de la photo.

L'idée était bonne, mais ç'aurait coûté une fortune pour les rendre un tant soit peu "fashion". Whatever! J'mets le billet dans mes complainte. Ces chaussures ne sont pas si merdiques, mais comme c'est relié à une compagnie d'assurance dodgy...


Stage - Jour 09


J’ai écris ce qui suit le titre en gras dans l’autobus, hier, après les tests de logiciels Word et Excel 2007 et deux tests de vitesse. J’ai encore fini tard. Par ma décision, je ne voulais pas remettre les tests à aujourd’hui et me stresser toute la nuit. J’étais déjà stressée que j’en ai oublié mon rendez-vous avec ma mère.

Je lui avais promis de lui prêter ma carte OPUS. Elle est arrivée en retard à son propre rendez-vous. Je me suis rendue compte de mon oubli que dans l’autobus m’amenant au métro. Elle n’était pas trop fâchée - weird - elle est partie en trombe remettre sa voiture au garage.

Sorry!

Stage - Jour 09

Je ne me suis pas sentie productive pour un sou. Assise dans le bureau de la technicienne administrative à trier des curriculum vitae et autres documents reliés à des entrevues. En plus, j’ai passé la journée à photocopier le document de 46 pages - accaparant la station imprimante une quinzaine de fois à coup de 5 ou 10 impressions, comme je le mentionnais au dernier billet.

J’ai passé le reste de la journée à faire des tests de Word et Excel. J’ai poché mon test de vitesse : 65 mots/minute, avec 5 erreurs. J’ai oublié une fonction d’Excel débutant et je crois ne pas avoir compris une démarche pour le test d’Excel intermédiaire. J’suis excellente avec Word, même si je n’ai pas le logiciel. Je travaille surtout avec des gratuiciels comme LibreOffice.

Source
J’sais pas ce qui m’a prise de faire le test à froid. La première fois que mon maître de stage m’en avait parlé, ç’avait été prévu pour la semaine prochaine. À ce moment-là, j’avais pensé réviser un peu, cette fin de semaine. Mais, non. BAM! Tout de suite après la réunion, mon maître de stage me dit que je pourrais passer les tests après 13 h 30. J’sais pas pourquoi j’ai pensé que c’était un test d’une heure.

Il est passé 16 h 30. Et on m’a barré à l’extérieur du bureau. Mes « collègues », me donnant trop de crédit (anglicisme!!), pensaient peut-être que j’avais ma clé de bureau sur moi. Bouh! Je déteste porter des pantalons sans poches. J’suis tête en l’air, surtout quand je suis nerveuse. Pour ne pas dire, tout le temps, hein!

En tout cas, cette journée ne fut pas grandiose en travail de bureau. Pour énumérer :

·         j’ai imprimé le guide de 46 pages pour l’accueil des nouveaux employés;
·         finis la centaine d’enveloppe pour l’agente en recrutement (qui est celle qui m’a faite passer les tests);
·         avancé dans mon classement;
·         remis à demain (aujourd’hui) les pochettes d’accueil, justement;
·         remplacé la technicienne au CV, devant :
o   classer les CV et des formulaires d’entrevue par titre d’emploi;
o   et répondre au téléphone de ceux qui veulent savoir si on reçu leur CV (on en reçoit des dizaines par jour, juste par le courrier, alors…).

Rien de trop compliqué, même si certains (sur le lieu de mon stage) pensent qu’ils me challengent avec leurs tâches. Mais j’aurais peut-être un avenir dans cet établissement après les résultats des tests. (Au moment où j’écris ces lignes, mes résultats sont bons, j’attends la suite.) Et j’accepterai cet avenir avec grande joie.


Stage - Jour 08


Donc, la journée fatidique du classement.

J'ai été plus rapide à partir que d'habitude à la fin de cette journée-là. J'arrive à 7 h 20 et ma journée de stage se termine à 15 h 30. Une fois, la semaine dernière, j'ai fini à 15 h 35. Ce mercredi, j'avais pris rendez-vous avec mon psy à 16 h, deux semaines auparavant. Je pensais que ce serait facile. Je rentre et je repars aux heures indiquées dans le formulaire d'acceptation de stage. J'étais certaine que j'arriverais à temps. Ça prend dix minutes de mon lieu de stage jusqu'au métro et un autre dix minutes du métro au CLSC où travaille mon psy.

Ben non. Je termine toujours une bonne vingtaine de minutes plus tard. Une fois, j’ai fait du temps supplémentaire, parce que la personne qui m’a demandée de m’occuper de l’envoi des cartes était débordée. Ça ne me fait rien de rester plus longtemps. Je suis peut-être carpette parce que je ne suis pas payée pour ce stage, mais je n’y peux rien. J’essaie d’afficher un sourire compréhensif et je fais ce qu’on me dit de faire. J’suis en stage, quand même.

Donc, je suis restée jusqu’à 17 h pour finir les enveloppes d’envoi. C’était le mercredi de ma première semaine de stage.

Par contre, avant-hier, un autre mercredi…

Stage - Jour 08

J’ai réussi à photocopier et envoyer les lettres originales de l’agente après qui j’ai couru la semaine d’avant. J’ai fini les de remplir les neuf cartables pour la big boss. Je les ai descendus au courrier pour l’envoi inter-établissement. J’ai terminé la pile de pochettes pour les journées d’accueil que je m’étais mise de côté.

Classement
Source
J’ai pris deux heures pour le classement. Lorsque l’on me donne des lettres, ou autres, à classer dans les dossiers d’employés, je dois suivre la procédure de classement du Service des ressources humaines. Tels types de document d’un côté, les autres de l’autre bord, si je tombe sur une lettre mal classée chronologiquement, je dois la remettre à la bonne place. Si je tombe sur un dossier complet, classé d’une ancienne façon, il semblerait qu’ils changent souvent de procédure, je dois le refaire au complet.

Pas d’bol! J’suis tombée sur un dossier d’une personne travaillant depuis la mi-80. Et tout était du même côté, il n’y avait pas de côté! Donc je devais passer au travers de la centaine de feuilles, j’exagère à peine, et les replacer dans le bon ordre. Il y avait un bureau où je pouvais m’installer pour le faire, au moins, parce que je n’ai pas le droit de sortir les dossiers des archives.

Parlant de sortir les dossiers, il manque un nom. Je n’ai pas le droit de le faire, je suis stagiaire, je comprends. Mais les autres employés des Ressources humaines, franchement! Il y a un pad où l’on doit enregistrer chaque dossier qui sort et qui l’a en sa possession. Je n’arrivais pas à retrouver l’employée pour classer ma lettre parce que ce n’est pas tout le monde qui suit les procédures à la lettre. Quelqu’un devait avoir le dossier que je recherchais dans son bureau, mais ne l’avait pas signé out. Pas gentil, ça! J’suppose qu’après des années à travailler, on relaxe. Je le sais, je relaxe assez rapidement après la période de probation.

Classer est dur pour les mains et toute la semaine, je n’ai cessé d’oublier ma crème à main, chez moi. D’habitude, elle est dans mon sac. Je l’ai sortie et je ne la remets plus à sa place. Une habitude chez moi qui ne veut pas partir. J'avais les mains sèches après quatre dossiers, à frotter le dos de mes mains à essayer de retirer les dossiers complètement collé-serré les uns contre les autres. Il faut les entasser ces plus de 2 700 employés.

J’ai quand même réussi à faire tout ce qui est étalé au-dessus avant midi. Yeh, me!

Le restant du temps, après dîner, j’ai commencé une nouvelle série d’enveloppes d’entrevue pour une agente, elle en voulait une centaine. Et j’ai suivi la technicienne en administration qui m’a demandé de faire les pochettes d’accueil pour l’aider à préparer cette journée qui s’en vient le 1er octobre, prochain. C’était comme pour mon cours réunion d’affaires, nous avons préparé les documents qui vont être remis, les crayons pour prendre des notes, les jus pour les futurs employés.

J’ai commencé à imprimer une pile de feuille (46 pages) pour elle. Elle en voulait une centaine, aussi. J’ai réussi à le faire en deux jours, parce que je ne devais pas monopoliser la station imprimante. Je n’aurais pas été aimée du tout si je devais imprimer ça, tout d’un coup. Donc, je l’ai fait à coup de 5 ou 10 documents, quand j’étais certaine que personne n’était dans les parages.

Le 1er octobre, le jour 11 de mon stage, je vais l’aider à préparer la salle pour l’accueil des nouveaux employés du C3S. Elle m’a montré la salle. Il faut déplacer un mur pour l’agrandir. L’accueil dure toute la journée, chaque profession sera visitée par leur chef qui leur expliquera comment ça se passe dans ce C3S. Cela durera toute la journée.

En fin de journée, il n’y avait rien à faire, j’ai continué les enveloppes. J’ai essayé de partir le plus rapidement possible pour mon rendez-vous, mais la big boss est arrivée pour me parler de la journée de jeudi. J’allais remplacer la technicienne en administration parce que presque tout le service allait être en réunion. La technicienne en administration s’occupe des curriculum vitae et de l’accueil des gens pour la direction générale.

Après le bus, en plus.
De Google Images, mais provenant de -> Source
J’suis partie plus tard, dans une pluie torrentielle. À la course, comme je le suis presque tous les matins, j’avais oublié de prendre un parapluie. J’suis quand même arrivée au métro à moins quart. Malheur, des cônes orange dévoilent que l’arrêt de l’autobus que je dois prendre est déplacé. Sous la pluie battante, je cours après le bus qui n’attend pas une seconde après avoir déchargé ses passagers. Le trouduc de chauffeur est arrivé soit en retard (as usual) ou trop en avance (comme d’hab).

Pas moyen d’en avoir un avec une avance ou un retard de moins de trois minutes. C’est toujours de l’ordre de 5, voire 10 minutes. Le prochain est passé à 16 h 10, vingt minutes plus tard, sur une ligne qui ose se dire avoir un passage à chaque dix minutes. My ass!

J’en avais long à dire.

27 septembre 2012

Stage - Jour 07

My bad! J'ai pratiquement rien écrit dans mon calepin pour le jour 7, j'ai fait mention que je voudrais une agrafeuse the Prodigy, PaperPro. On peut agrafer 25 pages avec un seul doigt. Et c'est vrai, même avec mes doigts rachitiques.

Pour mon agenda, c'est une autre chanson :

Not telling
Not telling!
Stage - Jour 07

J'ai fini mes enveloppes supplémentaires pour une des agentes. J'ai finalement réussi à la rattraper pour les signatures dont j'avais besoin la veille. Elle est trop mignonne, j'ai reçu des raisins bleus qu'elle avait en surplus de son jardin.

J'avais dîné avec mon maître de stage et quatre de ses congénères. Je les trouve trop cute, mais je ne suis pas capable de rester 1 heure à ne rien faire. Je vais devoir changer ça. Je mange en 15 minutes et je fais quelque chose d'autres. Je pratiquerais mon japonais que j'ai délaissé ces dernières semaines. Je dînerais avec elles vendredi et sortirai mon livre pour pratiquer mes hiraganas et mes katakanas.

J'ai pratiquement terminé les 12 parties du cartables que l'on m'a donné à faire. Il ne me reste que la dixième partie, la big boss n'a pas fini de vérifier, d'approuver le document à imprimer. Plusieurs documents répétitifs, mais ce n'était que 9 cartable à remplir. J'ai préparé les enveloppes pour les envois inter-établissements.

J'ai fait de nouvelles étiquettes pour mon maître de stage, finalement l'impression manuelle est que pour le publipostage de Word 2010.

Dans mon agenda, j'ai écrit qu'il me manquerait quelques noms pour mercredi dans mon classement. J'avais mis quelques lettres à classer de côté parce que je dois refaire tout un dossier. Le remettre en ordre chronologique dans un nouveau classeur selon les procédures de classement.

Demain, je m'étalerai sur le classement.

Stage - Jour 06

Je continue à écrire plusieurs jours après les faits. Une chance que je traîne mon calepin partout avec moi. Je suis reconnue à mon stage pour cela. J'y mets toutes mes notes de la journée, mes humeurs, mes tâches, etc.

Stage - Jour 06

Je commence une drôle de journée. Le boss de mon maître de stage, quand elle appelle, je dois tout laisser tomber, avait un problème avec un fichier Excel. Elle veut que je m'en occupe, ça risque de prendre du temps. Je m'attendais à l'impressionner. Je n'arrive pas à ouvrir le fichier de mon poste. Elle me l'envoie par email (par intranet, pas possible d'ouvrir gmail, question de sécurité). Pas de bol, le fichier est débloqué tout seule durant le voyage, bouh!

Source
J'ai fini assez rapidement les 164 enveloppes pour les agents recruteurs, environ 2 heures. Un record que je peux toujours améliorer. On m'ajoute des enveloppes supplémentaires pour deux autres agents, une cinquantaine de plus.

Par contre, je dois finir les cartables de la big boss que je réussis à impressionner avec Word, quand même. Je n'aime pas gaspiller des feuilles, alors, au lieu d'essai-erreur pour régler un problème (occasionné par moi -sadness-) je me sauve la face en montrant mon habileté avec Word et la station imprimante.

Double bouh! Je ne peux imprimer en couleur à partir de mon poste. Je ne peux pas imprimer manuellement.  Ciel, merci, je n'ai pas abîmé les pages couvertures que je devais faire.


Stage - Jour 05

Je n'avais pas vraiment envie d'écrire quoi que ce soit ces derniers jours. Je ne fais que m'y mettre maintenant avec un sentiment de fébrilité. Je vais passer un examen de logiciel pour pouvoir être prise comme agente de bureau à mon lieu de stage.

Stage - Jour 05

Donc, j'ai couru toute la journée pour rien, parce que la signature dont j'avais besoin ne travaillait que 4 jours semaine. Ces signatures de lettres sont donc remises à lundi.

J'ai envoyé des lettres, réussi à envoyer les cartes avant le tri du courrier que j'ai fait sans problème. J'ai continué à faire des pochettes d'accueil pour les nouveaux employés. J'suis toujours impressionnée par la station de photocopies qui broche et fait des trous, toute seule. J'me demande combien elle coûte.

J'ai commencé à remplir des cartables pour des gestionnairess. Tellement de papiers dans ce service. On m'a demandé de faire des enveloppes pour les entrevues de nouvel employé pour les 4 agents qui s'occupent de cela. Cinquante enveloppes, trois documents pour chacun d'entre eux. J'ai réussi à en faire 36 pour une personne avant de partir.

J'ai pris des notes dans mon agenda de la journée. Je vais retranscrire ce que j'avais écrit cette journée-là :

« Aujourd'hui, c'est plus excitant. Je marche beaucoup plus, ce qui est bien pour mon dos. J'ai apporté ma tasse Lion King, je n'ai plus besoin de dépenser pour le café et j'aurais toute ma tête, passé 9 heures. Je pensais que le classement serait amusant, mais non. »

Beau, irréel, classeur
Source
Mouais. Pour le classement, j'en reparlerais pour la journée 8. Cette journée, j'ai passé beaucoup de temps à essayer de retrouver des noms. Beaucoup de tiroirs, plus de 2 700 employés. Mais au moins, je suis seule. Cet amour de la solitude ne m'avantagera pas trop longtemps. Pas quand je vois que tout le monde semble être étroitement lié, ici.

Cote : plus tard pour une image

20 septembre 2012

Une autre merde!

J'en ai mal au dos!
J'aime assez le reste du site...
'Scusez-la! 

J'sais pas ce que j'ai à tomber sur ce genre de soulier « fashion » ridicule. Qui, avec toute sa tête, trouverait une occasion pour porter ces horreurs!

Appelez-moi rétrograde, dîtes que je n'y connais rien à la mode, que c'est de l'avant-garde! Il y a du vrai dans ce qui me décrit, mais avant-garde mon ***, oui! Il y avait ces semelles stupides en forme de pistolet. N'importe quoi!

J'ai un mal de dos, j'avais envie de râler en voyant ces immondices. Mon dos s'est remis à spasmer quand mes yeux sont tombés dessus.

Stage - Jour 04

Hier, en cherchant une camisole mauve pour ce matin, je me suis faite mal au dos, me penchant. Je ne sais pas si c'est à cause de mon cycle menstruel, mes douleurs vont parfois jusqu'au dos et je me retrouve à me pencher vers l'arrière comme une femme enceinte. Pourtant, je ne me souviens pas d'avoir jamais eu aussi mal.

Je me suis couchée avec cette horrible douleur et je me suis réveillée avec. Cela me prit 15 minutes de plus pour me préparer pour partir ce matin, tellement je traînais et je me suis réveillée à l'heure. Je n'arrivais même pas à mettre mes collants.

Stage - Jour 04

Je crois que c'est parce que je prends mes pauses et mon dîner assise, dans mon bureau. Aujourd'hui, j'ai osé lever mon p'tit derrière pour aller m'acheter quelque chose pour le lunch du midi.

Aujourd'hui, je me suis levée assez souvent pour imprimer des enveloppes, des lettres, faire une cinquantaine de photocopies de 14 pages, une autre de 3 pages, organiser les lettres par ordre de syndicat, par lieu, alouette...

J'ai été occupée. Ce qui est plus qu'intéressant. Je n'ai pas été permise de composer une lettre, mais j'ai quand même pu écrire la mention adresse d'une vingtaine de lettre de refus. Ce faisant, j'ai recherché des codes postaux et des adresses grâce au 411 et à Poste Canada. J'ai encore eu à plier des lettres et faire des enveloppes. Une chance que je m'étais achetée des bâtons de colle. Deux, parce qu'au rythme où ils impriment la paperasse et envoient des lettres. Je risque de les passer en trois semaines.

Finalement, j'avais raison. Il y avait un moyen pour que l'on me donne la liste de noms des détenteurs de cartes par ordre alphabétique, mais l'on n'y avait pas pensé avant. Bouh! En plus, il y avait des noms de rajouter dans la nouvelle liste et j'ai pu en retrouver une bonne partie de ceux que je ne trouvais pas, plus d'une dizaine. Ce n'était donc pas de la faute de mes yeux, même si j'en ai vraiment loupé une qui se trouvait dans l'ancienne liste. Les autres n'y étaient pas. Je pourrai le prouver demain. Parce que j'ai vérifié l'ancienne liste avec la nouvelle.

Tant de papiers
Hum... J'serais pas capable de faire comme elle/lui
Je n'ai pas vraiment fait de pochettes, trop occupée avec les lettres, à faire un remplacement de pause, le courrier, mettre de l'ordre dans les lettres, imprimer (le nombre de feuilles utiliser est effarant, la machine n'arrête pas), envelopper :), etc.

Là, je ne ressens plus aussi vivement la douleur, je me suis gavée d'Advil, dans la journée, il fallait que ça commence à faire effet. J'ressens surtout de la fatigue. J'm'en vais me coucher.

19 septembre 2012

Chaussures merdiques!

Je n'aime pas utiliser le terme haïr pour les gens, parce que l'on ne connaît jamais personne, leur fond intrinsèque, pour vouloir leur disparition. À moins bien sûr qu'on soit sociopathe... Et je ne le suis pas, aux dernières nouvelles.

Soi-disant des chaussures
Whatever...
Par contre, je hais la femme, mais j'suis certaine que c'est un mec, qui a cru bon de créer ces merdes. Donnez-moi pas de cours d'Histoire de la mode, j'sais que l'on a fait pire et je hais ces personnes aussi.

Je suppose qu'on devrait les remercier de ne pas les avoir fait aussi hautes que celles de Lady Gag.





Cote : ma première complainte depuis un moment!

Stage - Jour 03

Finalement, j'ai laissé tomber la visite de Montréal pour chasser une veste chez Dynamite, pensant que je pourrais l'acheter par carte de crédit sur leur site. Damnation! Pas de vente sur Internet. C'est pas ma chance, j'aurais dû penser à vérifier à ma pause. Je verrai si cette fin de semaine je n'essaierais pas de le trouver au Marché Centrale. Centre Eaton? Nan. Place Mont-Royal? Plus pantoute. Place Versailles? Nahn. Les Galeries d'Anjou? Taille médium et je flotte, c'est trop grand pour moi. Il faut que je prenne du poids. Et c'est pas en courant partout que je vais garder le peu que j'ai.

J'm'offrirai autre chose
Dynamite
Donc, je vais vérifier au Marché Centrale, à la Place Angrignon et c'est tout. It wasn't meant to be, comme disent les anglais si ça ne marche pas. Je retournerai aux Galeries d'Anjou (téléphoner avant) et me prendrai la taille médium. Qu'est-ce que je ne ferais pas pour un veston!

En tout cas!

Stage - Jour 03

Pas grand chose à signaler. Journée un peu banal, les tâches des 2 derniers jours étaient à continuer. J'ai remis les cartes pour lesquels je ne retrouvais pas les propriétaires sur la liste. Elle cherchera un autre moyen de les remettre, ce qui m'enrage un peu. Parce qu'un autre moyen existe possiblement et que j'aurais pu faire autre chose de plus intéressant. Je demeure serviable et souriante.

Demain, j'aurais plus à faire. Mon maître de stage avait quitté tôt lundi et ne rentra pas, le lendemain, ne se sentant pas bien. Je suppose que c'est pour cela que je n'aies pas eu plus de tâches de ses collègues.

Je me suis toute de même avancée dans mes pochettes, il m'en reste un peu plus de 80 à faire pour le reste de mon stage au C3S. En tout cas, on m'a promise plus de tâches pour demain. Des lettres et peut-être du classement.

Je suis plus habile avec leur photocopieuse géante, par contre.


Stage - Jour 02

J'étais totalement fatiguée, hier. J'écris ça sur mon heure du dîner au C3S. J'étais allée chercher une veste tout de suite après mon stage.

 Je déteste magasiner. Parce que je ne sais jamais quoi choisir, je ne sais jamais si ce que j'essaie me fait, avec mon corps maigre et mes longs bras. Alors, j'essaie de me faire accompagner. Et je me retrouve à n'acheter que très peu, pour pas dire rien du tout, contrairement à C. qui trouve toujours plein de choses à son goût. Ce que je hais plus particulièrement, à part les vendeuses trop entreprenante, c'est de courir partout.

Je vais presque être obligée de faire le tour de Montréal, aujourd'hui pour retrouver une veste que je n'avais pas pu m'offrir, il y a trois semaines. D'abord, perdre une vingtaine de minutes au téléphone pour savoir quel magasin le tient toujours et me déplacer par cette froidure.

Stage - Jour 02

Donc, hier, j'ai fait beaucoup de photocopies. Je ne pense même pas que l'on regarde aux dépenses en feuille. Je n'arrête pas d'entendre la photocopieuse fonctionner.  C'était assez banal. J'ai brocher, classer en ordre alphabétique, plusieurs lettres qui devaient être transférées dans un autre établissement. Je suis dans un C3S qui coordonne 11 établissements de santé dans l'Est de Montréal.

J'ai appris à affranchir des lettres. Enfin, j'ai surtout regardé. Celle qui me montrait allait vite, j'ai retenu quelques points. La prochaine fois, j'irais seule et je le ferai moi-même.

J'ai appronfondi mes connaissances dans le triage du courrier, rien de compliquer, à moins que le nom d'une personne ne soit pas dans le bon ordre dans les casiers à lettres. Je dis approfondi parce que lundi on a demandé mon aide en arrière-pensée. Hier, on m'a montré où aller chercher le courrier, quelques trucs, à qui va quoi, etc.

Tellement plus facile
J'étais encore à essayer de retrouver plus d'une centaine de détenteurs de carte dans une liste de près de 1200 noms. Cela aurait été tellement rapide par ordinateur, avec Excel ou Access. J'aurais juste eu à mettre les noms de la liste en ordre alphabétique, faire des recherches à chaque carte en faisant des masques et hop! Cela m'aurait pris, tout au plus, 2 heures. Cela fait trois jours. Et j'ai fait du temps supplémentaire hier pour les acheminer aux bons établissements et à différents chefs d'équipes.

Pour la troisième journée aussi, je vais faire ceux qui reste. Ceux dont je suis certaine de ne pas retrouver dans la liste. Ç'a n'aide pas, non plus.


17 septembre 2012

Stage - Jour 01

Je dois faire état de mes activités quotidiennes dans un journal de bord à remettre à la fin du stage à notre responsables des stages à l'école. Je tiendrais à jour, le plus possible, cette page de mon blog. aussi.

Jour 01 - Sans café

Une journée qui a mal commencé. Mon alarme n'a pas sonné. J'avais programmé mon cell pour qu'il sonne à une heure donnée, rien. Mais j'avais mis la date de mon stage dans mon calendrier, ç'a vibré. C'est à n'y rien comprendre. J'ai ce phone jusqu'en mai. Après cela, je fais ma suiveuse et je me mets au téléphone intelligent. J'ai besoin d'un deuxième cerveau, surtout s'il s'agit de régenter ma vie.

Donc, je pars en courant, sans café, sans food. J'avais préparé mes habits la veille, il y avait ça. J'arrive quand même 20 minutes en avance, ce qui est très bien pour moi qui aime arriver à l'heure pile et qui n'y arrive que très rarement.  J'attends, fébrile. Je baragouine une introduction à une employée qui me voit attendre dans la salle d'attente. À moins 5, j'appelle mon maître de stage pour commencer ma journée.

Pas un secrétaire
Pas un secrétaire, mais le bureau est cool
Suivez le lien!
La journée commence. Introduction du lieu de travail. Un CLSC, mais plus particulièrement le Service de dotation des ressources humaines de tout le C3S (CSSS), je crois avoir donner trop d'informations, là. Introduction de mes collègues de travail. Il y a quand même une belle diversité et tout le monde était souriant. Je crois avoir rencontré quatre hommes. Il semblerait qu'ils soient une espèce rare en Ressources humaines. Introduction aux tâches que j'aurai à accomplir durant mes trois semaines, moins un jour, de stage.

Je n'étais pas aussi perdue que je le prévoyais, même si j'avais les yeux qui papillotaient de fatigue vers 10 heures. Ça c'est la caféine que je n'avais pas prise le matin. J'ai commis une erreur, mais le fait que je sois rapide d'exécution, me sauva la mise.

Sans nourriture, le travail de bureau est déroutant. J'ai toujours cru que s'asseoir sur son postérieur et pousser du papier ne serait pas exténuants, mais comme toute activité, cela requiert de l'énergie/calorie. Et je n'en avais pas du tout. C'était plus éreintant dans la concentration, déjà que je suis tête en l'air. Il y a au moins un bon côté au travail de bureau, la seule impaire que l'on pourrait commettre serait de s'agrafer le doigt. Pas de se le trancher entièrement.

J'ai manqué mes deux pauses de 15 minutes, parce que j'étais trop concentrée et que je ne voulais pas briser mon rythme. Je suis quand même allée me nourrir au café du CLSC, café Van Houtte. Je n'aurais pas pu continuer, j'avais un début de tournis. Vu le prix, j'pourrais pas continuer à manger là-bas.

Les tâches furent variées et étrangement intéressantes. Je suppose que nous sommes toujours en amour avec la nouveauté. Je verrai comment je me sentirai ce vendredi, après le fameux classement avec ces plus de 2 000 employés. Ooouuuhh!

Et une mention très intéressante à ajouter, je vais avoir mes règles dans une journée ou deux. Ah, la belle affaire! Mon humeur de cette fin de semaine s'explique. Je n'ai pas hâte. Mes Advil seront proches, je n'ai pas envie que cette situation perturbe mes chances de réussir mon stage et d'avoir un emploi.

Cote : stage au CLSC rougit(ternit) par une mer future...

13 septembre 2012

Stage - Jour 0

Je suis excitée. Je ne le suis pas d'habitude, pas par grand chose en tout cas. Pour le stage, je pense savoir pourquoi. Je ne suis pas du genre à montrer mes émotions sur mon visage alors personne ne saurait dire si j'étais excitée par mon futur stage. Un simple stage en secrétariat dans un CLSC, dans le Service des ressources humaines. Je suis excitée.

Giddy, en anglais. Comme je l'ai mentionné à mon psy, je sens que cette nouvelle aventure est un pas dans la vie adulte. Je ne sais pas. Je me sens vieillir. Grandir. J'ai hâte. Mais il ne faut pas que je le montre. J'espère trop. J'ai trop peur de tout faire foirer. Je me connais. Je ne pense pas pouvoir m'en empêcher. Dès que quelque chose de bien m'arrive, je trouve le moyen de le ternir.

J'ai bien l'intention de ne pas me montrer nonchalente de peur de rebuter par mes angoisses, par les peurs de mon inexpérience.


27 août 2012

Restaurant Shambala




Adresse
3439, rue Saint-Denis
Montréal (Québec)  H2L 4S9
514 842-2242

Heures d'ouverture
Samedi à Mercredi : 17 h à 22 h 30
Jeudi et Vendredi : midi à 22 h 30


Le restarant Shambala est un de mes endroits fétiches pour me retrouver avec mes amies. Les plats sont ragoûtants. Épicés, sans être piquants, on arrive à le sentir et à le goûter. Le genre de plat que j'aime, j'ai la langue trop sensible.

Le plat que je commande le plus souvent est le Peeshi qui est un plat végétarien, moi qui aime tant la viande. Trois tortillas tibétains triangulaires accompagnent un ragoût. C'est simple, mais à s'en lécher les doigts. Pas besoin de baguettes. Une cuillère et les tortillas suffiront.

Le décor du restaurant est typé? Avec de la décoration tibétaine et des yaks en peluche. Je n'y connais rien, je ne suis pas designer intérieur. Et je m'y connais encore moins en culture tibétaine. Ce n'est pas gigantesque. Par contre, il y a deux endroits qui peuvent asseoir plus de quatre personnes sans avoir à déplacer tout le restaurant. Le service est cool. Je n'ai jamais eu d'erreur dans mes plats ni la facturation. Le personnel est compétent, souriant et amical.

Pour un endroit tranquille où manger, le restaurant Shambala est excellent.



Agrandir le plan
Cote : Peeshi!


23 août 2012

Wicked! - part 2

Wicked!
Je suis allée voir la comédie musicale, Wicked, hier, avec C. Et j'ai adoré. Si j'avais eu assez d'argent, j'y serais retournée et je me serais offerte une tasse Wicked aussi pour accompagner celle de the Lion King. Voir la pièce m'a donné le goût de lire le livre de Gregory Maguire; Wicked: The Life and Times of the Wicked Witch of the West (1995).

Donc, Wicked est une comédie musicale de Stephen Schwarz et Winnie Holzman, créée le 30 octobre 2003 au George Gershwin Theatre de Broadway. L'histoire est du point de vue des sorcières d'Oz avant l'arrivée de Dorothy et de Toto, pendant et après, aussi.

La partie Wikipédia est finie. Comment je l'ai trouvé? J'ai aimé, mais je n'aime pas la fin heureuse. Pourquoi changer cet aspect de l'histoire? Quand on pleure pour Elphaba (Wicked Witch of the West) quand elle chante I'm Not That Girl ou Defying Gravity, c'est parce qu'on sait ce qui va lui arriver. L'injustice de sa mort est toujours en tête pendant qu'on suit l'histoire. Et notre coeur enfle pour elle à mesure que s’enchaînent les évènements.

Les apparitions de Tin Man, Cowardly Lion et Scarecrow furent inspirées. Les raisons de leurs apparitions dans le pays d'Oz et pourquoi ils voyagent avec Dorothy visiter le Magicien d'Oz furent ingénieux. L'humour de la comédie musicale n'est pas assez pour masquer la tragédie d'Elphaba.

« Are people born Wicked? Or do they have Wickedness thrust upon them? » demande Glinda (Good Witch of the North) aux citoyens d'Oz qui se réjouissent de la mort de la Méchante Sorcière de l'Ouest. La Bonne Sorcière du Nord commence alors à raconter l'histoire de sa meilleure amie et comment elle tomba en disgrâce, même si elle n'avait jamais eu un bon début de vie.
Il me faut une nouvelle caméra!

Et cette phrase résume l'histoire de Wicked parfaitement. J'avais froncé des sourcils en me rendant compte que cela commençait comme une histoire de Naruto ou de Harry Potter. Et quand le beau prince charmant (Fiyero) entra en scène, j'avais presque envie de gerber. J'en ai beaucoup trop souper d'histoire de ce genre, mais l'histoire est revenue sur ses rails. La musique, les danses, les acteurs étaient parfaits. Et je n'étais pas la seule à avoir l'oeil mouillé de temps en temps.

Par contre, la tragédie est détruite par une fin heureuse. Même si, oui, avec une peau de couleur émeraude, Elphaba peut être aimée, par un beau prince (son sort est fantastique) et être la meilleure amie de la populaire, blonde et jolie Galinda (qui se changera en Glinda pour la plus écervelée/blonde des raisons). C'est très motivant, bla bla bla. Mais le pathos et toutes les émotions qui roulaient hors de moi en entendant chanter et voyant aller cette incomprise, mise de côté, ne reviendront plus jamais. Je ne pourrai plus lever le poing d'indignation pour elle.

Merci Evenko et Broadway Across Canada, ces deux dernières années furent awesome! Mon amie a aimé et si Idina Menzel et Kristin Chenoweth avaient été les actrices de la production, elle aurait peut-être vendue sa mère pour une meilleure place et revoir  Wicked tous les jours des représentations à la Place des arts. Et elle adore sa maman. Moi, je vais aller vendre la mienne, sans remords, pour aller voir Mary Poppins en novembre et Billy Elliot the musical en janvier 2013. Oui, je le redis. L'Univers veut que je vive.



Cote : Wicked!


21 août 2012

500 years of wind - Reign of Assassins

J'ai fait un montage vidéo cette semaine. Je suis tombée en amour avec Reign of Assassins surtout avec la  déclaration d'amour hyper romantique du film. Je n'avoue pas facilement être une romantique, je n'aime pas les comédies romantique, je trouve le côté comédie trop stupide. Mais j'ai toujours ce côté fillette qui fait  -aaahhh!- quand il y a une partie romancée dans un film.

L'image est une capture d'écran. Je n'ai pas vraiment l'intention de montrer souvent ce côté de moi.

Jung Woo-sung & Michelle Yeoh
Très rare pour moi d'étaler ce genre de chose....
« I would willingly turn into a stone bridge
And endure 500 years of wind
And 500 years of sunlight
And 500 years of rain
If only she would walk over the bridge. »



Cela me fend le coeur et les jambes à chaque fois. Cela m'a pris d'une à trois heures durant quatre jours pour faire ce mini vidéo. J'en avais fait une avec MovieMaker de Windows, mais ce n'était pas d'une bonne qualité. Les sous-titres n'étaient pas lisibles. Donc, j'ai trouvé un logiciel gratuit de NCH Software appelé VideoPad qui avait plus d'options.

Ce fut amusant et j'ai bien l'intention de recommencer, de trouver un film intéressant et de le monter à une musique que j'aime bien. Marc Anthony - I need you ou Doctor Who Saison 4 - Song of Freedom (j'adore celle-là).

Voilà ma tentative :

video


Cote : Reign of Assassins

16 août 2012

The Expendables 2

Ouais, j'ai gagné des billets gratuits lors d'un concours Internet grâce à Cinéma Montréal pour aller voir le film. The Expendables II.

The Expendables 2

The Expendables 2 fut quasi jouissif. Malgré la salle très tiède, je me suis amusée comme une gamine à voir mes héros masculins tirés, tués et donnés de la baston aux crapules du jour. Dans le premier film, nous étions en Amérique du Sud, dans un pays fictif avec la sempiternelle corruption du gouvernement, push, coup d’état, bla bla bla. Ce film n’existe pas pour ceux qui recherchent de la rigueur et une bonne histoire. Non, c’est pour ceux qui veulent s’enivrer dans la testostérone pure. Cette fois, ils vont quelque part en Bulgarie, dans un périple de vengeance.

Tout d'abord, un homme est prisonnier au Népal, nous pensons tous que c’est lui que nos Sacrifiés doivent aller sauver. Ils entrent en faisant grand bruit et détruisant tout sur leur passage. Banter, à droite. Banter, à gauche. Oh, la rigolade, du bromance en faisant gicler le sang! Je n’ai pratiquement rien compris de ce que disait Yin Yang (Jet Li), je suis désolée, mais quelqu’un doit cesser de flatter son ego et lui offrir l’aide d’un professeur de diction et d’articulation. Avec les explosions et les gunshots, pas possible d’entendre ce qu’il disait à Gunner (Lundgren) que l'on découvre ancien génie de chimie qui faillit entrer en MIT (fiction qui rejoint apparemment la réalité de l'acteur).

Donc, les Expendables sauvent, en passant, Trench (Schwarzenegger). Ils n’étaient pas venus pour lui. Ils avaient pour mission de sauver un milliardaire chinois, après que Trench faillit à sa mission quand il se fit capturer par un commando du Népal. Ils bousilleront tout à la ronde en s'enfuyant.

Note : un cascadeur mourut justement dans une chasse par speedboat. Kun Liu n'avait que 26 ans... Je me sens vraiment poche d'avoir ri à la fin du générique, son nom était apparu, in memory of. J'me disais que c'était un vieillard du dernier film. (- sigh -) N. pensait que Jet Li avait fait un Bruce Lee de lui, sorry. Nous étions dans un high à la fin du film et vraiment irrévérencieuses. Tout ce que j'espère, c'est que c'était le métier de son rêve, car ç'aurait été vraiment chien.

On revient à nos Sacrifiés. Je savais à l’avance qu’il y avait quelqu’un qui devait mourir dans la bande, spoilers d'Internet. C’est la mode dans les grands films hollywoodiens, ces derniers temps. Nous ne savons pas comment donner de l’émotion à la salle et à leurs personnages, tuons quelqu’un. Ce n’est plus relégué à l’archétype du mentor. Cela aurait été dur, c’est Ross (Stallone) qui avait le rôle du mentor. Je crois. Par contre, qui est le héros?

Cessons d'essayer de se forcer les méninges, je ne regarde pas the Expendables 2 pour ça. Au début, j’avais pensé que c’était Yin Yang qui mourrait. Il part tôt dans le film. Au moins, Stallone l’a plus utilisé que dans le premier film. Il dit à Gunner qui est triste de le voir partir « maybe for ever » qu’il trouvera bien une autre minorité pour le remplacer. Je me suis dit : « ah c’est lui! »

Finalement, je me suis rappelée que le personnage qui devait tirer sur la corde du violon dans le cœur du spectateur américain moyen serait blanc, jeune et d’allure innocent. Pas un type qui a fait ce métier si longtemps qu’il songeait à partir la dernière fois. Donc, c’est toi, Bill the Kid (Hemsworth), qui doit crever. Quand il a mis à part Ross pour lui parler de sa blonde en France, qu’il a rencontrée à la guerre en Afghanistan – elle était infirmière, wow! Qu’il quitterait la bande pour elle. Qu’il ne faisait ce métier que pour l’argent. Nous savons bien que les filles ont besoin de se faire gâter, hein?* Je savais que c'était lui.

Nan Yu
Elle n'était pas
 dans le poster awesome du haut !
Maggie (Nan Yu) est celle qui remplacera Yin Yang, une autre qui tombera amoureuse de Ross de loin. Lol! Plus ils vieillissent, plus ils se flattent. En tout cas, elle demandera à Bill the Kid pourquoi il a quitté l’Afghanistan. À la fin de son récit, « mon chef a tué le chien errant que j’avais adopté… » Bam! C'est toi qui crève. Je savais, à la fin de cette histoire à essayer de tirer la larme à l’œil, que c’était lui qui devait mourir.

Après tout ce bla bla, je vais parler de Booker (Chuck Norris) qui est si cool qu’il peut survivre à une morsure de serpent.

Ross : « I heard you were dead! »
Booker : « I heard that too! »
Ross(?) : « I heard you were bitten by a snake? »
Booker : « Yeah... After five agonizing days? The snake died! »

Come on! Maïs! La musique toute appropriée, tirée du film de cowboy (the Good, the Bad, the Ugly, je crois) quand il arrive en tuant tous les méchants et sauvant in extremis nos Expendables le rend plus cool à mes yeux. Je ne l’ai jamais trouvé si intéressant. N. est une grande fana. Par contre, j’ai toujours trouvé ses fantards ridiculement drôle avec leur joke Chuck Norris. Chuck Norris' tears cure cancer. Too bad he has never cried. Chuck Norris doesn't call the wrong number. You answer the wrong phone.  Etc. Etc. Il n'a pas fait de baston mano a mano, mais il était un as du tir.

Vilain (Jean-Claude Van Damme) était amusant à voir. L'acteur semblait s’amuser. Je ne sais pas pourquoi ni comment j’ai vu ça? Mais joué un méchant caricatural – comme je les aime, même son nom! – semblait lui coller à la peau avec aisance. Ses rictus et grimaces sur ses lèvres extrêmement minces et sa mâchoire carrée, ses inflexions de voix et son accent gluant étaient tous au point. Il a réussi à placer les coups de pieds pour lequel il est reconnu, mais sa bataille contre Stallone fut trop courte. Sa présence aussi était trop courte.

Pourquoi est-ce que l'on avait besoin de Hector (Scott Adkins)? Je sais qu'il fallait donner à Lee Christmas (Statham) une genre de mini-némésis, mais come on! Hector prenait de la place qui aurait pu aller à Vilain.

Finalement, dans the Expendables 2, nous n'avons pas beaucoup entendu Toll Road (Randy Couture). On l'a gardé pour des réparties lisses et complices avec Caesar (Terry Crews) qui a montré ses muscles et sa force - so original (sarcasm). Il y avait du sang, beaucoup de fromages et de maïs :

Trench : « I’ll be back! »
Church (Willis) : « You’ve been back enough! I’ll be back! »

De beaux corps bien en forme, pas d’histoire d’amour rosé-surette, des explosions de voitures, d’avions, de maisons et de tronches diaboliques et de bon souvenir de mon enfance. Yeah, I’m that old.

La salle était tiède. Le festival Fantasia m’a complètement gâtée. Dans les meilleures scènes du film, les gens étaient timides et silencieux. Une chance que N. était avec moi, nous avons eu presque les mêmes réactions aux mêmes scènes.

Pour le numéro 3, j’aimerais une femme dans le film, ma liste : Michelle Yeoh, Sigourney Weaver, Linda Hamilton, Pam Grier. They paid their dues at the feet of action films. Et pour les hommes : Wesley Snipes, Steven Seagal, Tony Jaa (not old enough, mais, en méchant, j'voudrais tellement voir comment Stallone éliminerait cette bête du muay thai).

Bande-annonce!



Cote : The Expendables 2 - maïs et fromage!


* À force de répéter ces âneries, entre filles et entre gars, pourquoi les gens sont surpris que les filles soient si superficielles. Le nombre d’histoire idiote que j’entends de mecs qui s’endettent pour payer des choses à leur blonde qui travaille. Pouah!