27 août 2012

Restaurant Shambala




Adresse
3439, rue Saint-Denis
Montréal (Québec)  H2L 4S9
514 842-2242

Heures d'ouverture
Samedi à Mercredi : 17 h à 22 h 30
Jeudi et Vendredi : midi à 22 h 30


Le restarant Shambala est un de mes endroits fétiches pour me retrouver avec mes amies. Les plats sont ragoûtants. Épicés, sans être piquants, on arrive à le sentir et à le goûter. Le genre de plat que j'aime, j'ai la langue trop sensible.

Le plat que je commande le plus souvent est le Peeshi qui est un plat végétarien, moi qui aime tant la viande. Trois tortillas tibétains triangulaires accompagnent un ragoût. C'est simple, mais à s'en lécher les doigts. Pas besoin de baguettes. Une cuillère et les tortillas suffiront.

Le décor du restaurant est typé? Avec de la décoration tibétaine et des yaks en peluche. Je n'y connais rien, je ne suis pas designer intérieur. Et je m'y connais encore moins en culture tibétaine. Ce n'est pas gigantesque. Par contre, il y a deux endroits qui peuvent asseoir plus de quatre personnes sans avoir à déplacer tout le restaurant. Le service est cool. Je n'ai jamais eu d'erreur dans mes plats ni la facturation. Le personnel est compétent, souriant et amical.

Pour un endroit tranquille où manger, le restaurant Shambala est excellent.



Agrandir le plan
Cote : Peeshi!


23 août 2012

Wicked! - part 2

Wicked!
Je suis allée voir la comédie musicale, Wicked, hier, avec C. Et j'ai adoré. Si j'avais eu assez d'argent, j'y serais retournée et je me serais offerte une tasse Wicked aussi pour accompagner celle de the Lion King. Voir la pièce m'a donné le goût de lire le livre de Gregory Maguire; Wicked: The Life and Times of the Wicked Witch of the West (1995).

Donc, Wicked est une comédie musicale de Stephen Schwarz et Winnie Holzman, créée le 30 octobre 2003 au George Gershwin Theatre de Broadway. L'histoire est du point de vue des sorcières d'Oz avant l'arrivée de Dorothy et de Toto, pendant et après, aussi.

La partie Wikipédia est finie. Comment je l'ai trouvé? J'ai aimé, mais je n'aime pas la fin heureuse. Pourquoi changer cet aspect de l'histoire? Quand on pleure pour Elphaba (Wicked Witch of the West) quand elle chante I'm Not That Girl ou Defying Gravity, c'est parce qu'on sait ce qui va lui arriver. L'injustice de sa mort est toujours en tête pendant qu'on suit l'histoire. Et notre coeur enfle pour elle à mesure que s’enchaînent les évènements.

Les apparitions de Tin Man, Cowardly Lion et Scarecrow furent inspirées. Les raisons de leurs apparitions dans le pays d'Oz et pourquoi ils voyagent avec Dorothy visiter le Magicien d'Oz furent ingénieux. L'humour de la comédie musicale n'est pas assez pour masquer la tragédie d'Elphaba.

« Are people born Wicked? Or do they have Wickedness thrust upon them? » demande Glinda (Good Witch of the North) aux citoyens d'Oz qui se réjouissent de la mort de la Méchante Sorcière de l'Ouest. La Bonne Sorcière du Nord commence alors à raconter l'histoire de sa meilleure amie et comment elle tomba en disgrâce, même si elle n'avait jamais eu un bon début de vie.
Il me faut une nouvelle caméra!

Et cette phrase résume l'histoire de Wicked parfaitement. J'avais froncé des sourcils en me rendant compte que cela commençait comme une histoire de Naruto ou de Harry Potter. Et quand le beau prince charmant (Fiyero) entra en scène, j'avais presque envie de gerber. J'en ai beaucoup trop souper d'histoire de ce genre, mais l'histoire est revenue sur ses rails. La musique, les danses, les acteurs étaient parfaits. Et je n'étais pas la seule à avoir l'oeil mouillé de temps en temps.

Par contre, la tragédie est détruite par une fin heureuse. Même si, oui, avec une peau de couleur émeraude, Elphaba peut être aimée, par un beau prince (son sort est fantastique) et être la meilleure amie de la populaire, blonde et jolie Galinda (qui se changera en Glinda pour la plus écervelée/blonde des raisons). C'est très motivant, bla bla bla. Mais le pathos et toutes les émotions qui roulaient hors de moi en entendant chanter et voyant aller cette incomprise, mise de côté, ne reviendront plus jamais. Je ne pourrai plus lever le poing d'indignation pour elle.

Merci Evenko et Broadway Across Canada, ces deux dernières années furent awesome! Mon amie a aimé et si Idina Menzel et Kristin Chenoweth avaient été les actrices de la production, elle aurait peut-être vendue sa mère pour une meilleure place et revoir  Wicked tous les jours des représentations à la Place des arts. Et elle adore sa maman. Moi, je vais aller vendre la mienne, sans remords, pour aller voir Mary Poppins en novembre et Billy Elliot the musical en janvier 2013. Oui, je le redis. L'Univers veut que je vive.



Cote : Wicked!


21 août 2012

500 years of wind - Reign of Assassins

J'ai fait un montage vidéo cette semaine. Je suis tombée en amour avec Reign of Assassins surtout avec la  déclaration d'amour hyper romantique du film. Je n'avoue pas facilement être une romantique, je n'aime pas les comédies romantique, je trouve le côté comédie trop stupide. Mais j'ai toujours ce côté fillette qui fait  -aaahhh!- quand il y a une partie romancée dans un film.

L'image est une capture d'écran. Je n'ai pas vraiment l'intention de montrer souvent ce côté de moi.

Jung Woo-sung & Michelle Yeoh
Très rare pour moi d'étaler ce genre de chose....
« I would willingly turn into a stone bridge
And endure 500 years of wind
And 500 years of sunlight
And 500 years of rain
If only she would walk over the bridge. »



Cela me fend le coeur et les jambes à chaque fois. Cela m'a pris d'une à trois heures durant quatre jours pour faire ce mini vidéo. J'en avais fait une avec MovieMaker de Windows, mais ce n'était pas d'une bonne qualité. Les sous-titres n'étaient pas lisibles. Donc, j'ai trouvé un logiciel gratuit de NCH Software appelé VideoPad qui avait plus d'options.

Ce fut amusant et j'ai bien l'intention de recommencer, de trouver un film intéressant et de le monter à une musique que j'aime bien. Marc Anthony - I need you ou Doctor Who Saison 4 - Song of Freedom (j'adore celle-là).

Voilà ma tentative :

video


Cote : Reign of Assassins

16 août 2012

The Expendables 2

Ouais, j'ai gagné des billets gratuits lors d'un concours Internet grâce à Cinéma Montréal pour aller voir le film. The Expendables II.

The Expendables 2

The Expendables 2 fut quasi jouissif. Malgré la salle très tiède, je me suis amusée comme une gamine à voir mes héros masculins tirés, tués et donnés de la baston aux crapules du jour. Dans le premier film, nous étions en Amérique du Sud, dans un pays fictif avec la sempiternelle corruption du gouvernement, push, coup d’état, bla bla bla. Ce film n’existe pas pour ceux qui recherchent de la rigueur et une bonne histoire. Non, c’est pour ceux qui veulent s’enivrer dans la testostérone pure. Cette fois, ils vont quelque part en Bulgarie, dans un périple de vengeance.

Tout d'abord, un homme est prisonnier au Népal, nous pensons tous que c’est lui que nos Sacrifiés doivent aller sauver. Ils entrent en faisant grand bruit et détruisant tout sur leur passage. Banter, à droite. Banter, à gauche. Oh, la rigolade, du bromance en faisant gicler le sang! Je n’ai pratiquement rien compris de ce que disait Yin Yang (Jet Li), je suis désolée, mais quelqu’un doit cesser de flatter son ego et lui offrir l’aide d’un professeur de diction et d’articulation. Avec les explosions et les gunshots, pas possible d’entendre ce qu’il disait à Gunner (Lundgren) que l'on découvre ancien génie de chimie qui faillit entrer en MIT (fiction qui rejoint apparemment la réalité de l'acteur).

Donc, les Expendables sauvent, en passant, Trench (Schwarzenegger). Ils n’étaient pas venus pour lui. Ils avaient pour mission de sauver un milliardaire chinois, après que Trench faillit à sa mission quand il se fit capturer par un commando du Népal. Ils bousilleront tout à la ronde en s'enfuyant.

Note : un cascadeur mourut justement dans une chasse par speedboat. Kun Liu n'avait que 26 ans... Je me sens vraiment poche d'avoir ri à la fin du générique, son nom était apparu, in memory of. J'me disais que c'était un vieillard du dernier film. (- sigh -) N. pensait que Jet Li avait fait un Bruce Lee de lui, sorry. Nous étions dans un high à la fin du film et vraiment irrévérencieuses. Tout ce que j'espère, c'est que c'était le métier de son rêve, car ç'aurait été vraiment chien.

On revient à nos Sacrifiés. Je savais à l’avance qu’il y avait quelqu’un qui devait mourir dans la bande, spoilers d'Internet. C’est la mode dans les grands films hollywoodiens, ces derniers temps. Nous ne savons pas comment donner de l’émotion à la salle et à leurs personnages, tuons quelqu’un. Ce n’est plus relégué à l’archétype du mentor. Cela aurait été dur, c’est Ross (Stallone) qui avait le rôle du mentor. Je crois. Par contre, qui est le héros?

Cessons d'essayer de se forcer les méninges, je ne regarde pas the Expendables 2 pour ça. Au début, j’avais pensé que c’était Yin Yang qui mourrait. Il part tôt dans le film. Au moins, Stallone l’a plus utilisé que dans le premier film. Il dit à Gunner qui est triste de le voir partir « maybe for ever » qu’il trouvera bien une autre minorité pour le remplacer. Je me suis dit : « ah c’est lui! »

Finalement, je me suis rappelée que le personnage qui devait tirer sur la corde du violon dans le cœur du spectateur américain moyen serait blanc, jeune et d’allure innocent. Pas un type qui a fait ce métier si longtemps qu’il songeait à partir la dernière fois. Donc, c’est toi, Bill the Kid (Hemsworth), qui doit crever. Quand il a mis à part Ross pour lui parler de sa blonde en France, qu’il a rencontrée à la guerre en Afghanistan – elle était infirmière, wow! Qu’il quitterait la bande pour elle. Qu’il ne faisait ce métier que pour l’argent. Nous savons bien que les filles ont besoin de se faire gâter, hein?* Je savais que c'était lui.

Nan Yu
Elle n'était pas
 dans le poster awesome du haut !
Maggie (Nan Yu) est celle qui remplacera Yin Yang, une autre qui tombera amoureuse de Ross de loin. Lol! Plus ils vieillissent, plus ils se flattent. En tout cas, elle demandera à Bill the Kid pourquoi il a quitté l’Afghanistan. À la fin de son récit, « mon chef a tué le chien errant que j’avais adopté… » Bam! C'est toi qui crève. Je savais, à la fin de cette histoire à essayer de tirer la larme à l’œil, que c’était lui qui devait mourir.

Après tout ce bla bla, je vais parler de Booker (Chuck Norris) qui est si cool qu’il peut survivre à une morsure de serpent.

Ross : « I heard you were dead! »
Booker : « I heard that too! »
Ross(?) : « I heard you were bitten by a snake? »
Booker : « Yeah... After five agonizing days? The snake died! »

Come on! Maïs! La musique toute appropriée, tirée du film de cowboy (the Good, the Bad, the Ugly, je crois) quand il arrive en tuant tous les méchants et sauvant in extremis nos Expendables le rend plus cool à mes yeux. Je ne l’ai jamais trouvé si intéressant. N. est une grande fana. Par contre, j’ai toujours trouvé ses fantards ridiculement drôle avec leur joke Chuck Norris. Chuck Norris' tears cure cancer. Too bad he has never cried. Chuck Norris doesn't call the wrong number. You answer the wrong phone.  Etc. Etc. Il n'a pas fait de baston mano a mano, mais il était un as du tir.

Vilain (Jean-Claude Van Damme) était amusant à voir. L'acteur semblait s’amuser. Je ne sais pas pourquoi ni comment j’ai vu ça? Mais joué un méchant caricatural – comme je les aime, même son nom! – semblait lui coller à la peau avec aisance. Ses rictus et grimaces sur ses lèvres extrêmement minces et sa mâchoire carrée, ses inflexions de voix et son accent gluant étaient tous au point. Il a réussi à placer les coups de pieds pour lequel il est reconnu, mais sa bataille contre Stallone fut trop courte. Sa présence aussi était trop courte.

Pourquoi est-ce que l'on avait besoin de Hector (Scott Adkins)? Je sais qu'il fallait donner à Lee Christmas (Statham) une genre de mini-némésis, mais come on! Hector prenait de la place qui aurait pu aller à Vilain.

Finalement, dans the Expendables 2, nous n'avons pas beaucoup entendu Toll Road (Randy Couture). On l'a gardé pour des réparties lisses et complices avec Caesar (Terry Crews) qui a montré ses muscles et sa force - so original (sarcasm). Il y avait du sang, beaucoup de fromages et de maïs :

Trench : « I’ll be back! »
Church (Willis) : « You’ve been back enough! I’ll be back! »

De beaux corps bien en forme, pas d’histoire d’amour rosé-surette, des explosions de voitures, d’avions, de maisons et de tronches diaboliques et de bon souvenir de mon enfance. Yeah, I’m that old.

La salle était tiède. Le festival Fantasia m’a complètement gâtée. Dans les meilleures scènes du film, les gens étaient timides et silencieux. Une chance que N. était avec moi, nous avons eu presque les mêmes réactions aux mêmes scènes.

Pour le numéro 3, j’aimerais une femme dans le film, ma liste : Michelle Yeoh, Sigourney Weaver, Linda Hamilton, Pam Grier. They paid their dues at the feet of action films. Et pour les hommes : Wesley Snipes, Steven Seagal, Tony Jaa (not old enough, mais, en méchant, j'voudrais tellement voir comment Stallone éliminerait cette bête du muay thai).

Bande-annonce!



Cote : The Expendables 2 - maïs et fromage!


* À force de répéter ces âneries, entre filles et entre gars, pourquoi les gens sont surpris que les filles soient si superficielles. Le nombre d’histoire idiote que j’entends de mecs qui s’endettent pour payer des choses à leur blonde qui travaille. Pouah!

13 août 2012

Fantasia '12 : Reign of Assassins


Reign Assassins
Comme je le mentionnais dans le premier billet de mon festival Fantasia 2012, Michelle Yeoh est d'dans. Yéééééé! Et après quelques secondes de lecture, John Woo est le directeur. Whoooooh! Je m'humilie de bon coeur.

Le film a été fait en 2010... (- shake head -) Il faut que je me mette plus à jour dans les films de kungfu, wirefu et wuxia. Je ne dois pas toujours attendre après le festival Fantasia pour ma dose de cinéma asiatiques.

En tout cas, après quelques recherches google, Reign of Assassins, a été réalisé par Su Chao-Bin. Il a été aidé par John Woo, tellement qu'il est marqué comme co-réalisateur dans le film. Le film met en vedettes Michelle Yeoh et Kelly Lin dans le rôle titre. La seconde, joue le rôle de l'assassin Xi Yu qui se fait transformer chirurgicalement en Zeng Jing, la première. Les parties du film avec le "chirurgien" sont les plus incompréhensibles et dégoûtantes de Reign of Assassins. Jung Woo-sung joue le rôle du mari de Michelle Yeoh, Jiang Ah-Sheng.

Tout commence avec la légende d'un indien, moine bouddhiste, venu en Chine. Il fut un as des arts martiaux et de la transcendance - hein?- à tel  point qu'après sa mort, la légende voudrait que ses restes momifiés confèrent à celui qui les détiendrait un grand pouvoir. La personne qui aurait son corps pourrait contrôler le monde des arts martiaux. J'ai jamais compris comment. Dans les films de kungfu, c'est pas la première fois que je vois une histoire pareille.

En tout cas, le corps momifié, dû à plusieurs batailles de clan, fut coupé en deux - eurgh! Le groupe d'assassin, Dark Stone, réussit à retrouver le torse. Ils durent seulement assassiner un ministre, Zhang, et son fils, Renfeng (Guo Xiaodong) pour l'obtenir. Mais l'assassin Xi Yu (Kelly Lin), la meilleure du groupe, les trahit et elle s'enfuit avec les restes.

Elle rencontrera un moine, Wisdom (Calvin Li), dont elle tombera amoureuse - one side, dommage, il était cute. Ils resteront ensemble à s'entraîner pendant trois mois et quand le moment pour lui est venu de partir pour son temple, les menaces de Xi Yu le pousse à la confronter. Il lui montre que son maniement d'épée a quatre failles, un maître en arts martiaux pourrait la vaincre facilement. Il sacrifie sa vie pour lui ouvrir les yeux et lui dit d'aller enterrer les restes du moine au temple Yunhe. Avant de se rendre au temple, elle va voir un chirurgien. Elle veut changer de visage, changer de vie. Reign of Assassins commence réellement qu'avec Michelle Yeoh, pour moi.

On la retrouve, sous les traits de Zeng Jing, essayant de mener une vie paisible. Si paisible qu'elle se laissera tenter par l'amour à nouveau, malgré ses doutes - a-t-elle vraiment le droit à une nouvelle vie? Est-ce qu'elle peut être heureuse, malgré son passé? Elle mariera Jiang Ah-Sheng (Jung Woo-sung), un pauvre livreur de courrier, dont elle est tombera amoureuse avec sa persistance comique. Il s'est fait ridiculisé à gauche et à droite, sans jamais perdre espoir et sa candeur.

Leur vie paisible ne durera pas longtemps, des voleurs attaquent la banque où ils se trouvent et Zeng Jing les sort de ce mauvais pas en dévoilant ses talents de combat. Jiang Ah-Sheng laissera passer. Même si elle était un bandit par le passé, elle est sa femme - cute, non? Les exploits de Zeng Jing ne passeront pas inaperçus par le chef de Dark Stone, le Wheel King (Wang Xueqi). Il a finalement retrouvé le meilleur membre de sa bande de bandit. Il veut les restes momifiés de Bodhi. Il rappelle sa bande à lui : le Magicien (Leo Dai), Lei Bin (Shawn Yue), Turquoise (Barbie Hsu), la psychopathe nymphomane remplaçant Xi Yu que les Stoners (that was funny, Lei Bin!) ont sorti de prison, après qu'elle ait tuée son mari et sa famille.

Kelly Lin
Michelle Yeoh

Showdown! Reign of Assassins accélère, maintenant. Nous décrouvrirons les motivations de chacun. J'adore les méchants unidimensionnelles, ça me fait du bien quand je n'ai pas à ressentir de la peine pour eux quand ils crèvent. Su Chao-Bin était d'un autre avis. Ses criminels avaient, tout comme Xi Yu/Zeng Jing, des motivations, des rêves, bla bla bla. Ils étaient assez tridimensionnelles.

Donc, oui, j'ai ressenti un pincement au coeur pour Lei Bin qui ne reverra pas sa famille. Il laissera sa femme complètement traumatisée avec son cadavre dans la salle à manger, par contre - trouduc! Il ne pourra pas ouvrir sa shop de nouilles dans une ville plus paisible. J'ai secoué ma tête de désappointement pour le Magicien qui pensait vraiment être du même niveau que le Wheel King, avec ces trucs de magie. J'ai été choquée pour Turquoise qui réalisera pourquoi elle n'a pas encore coucher le Wheel King. Et j'ai été étouffée légèrement par sa mort claustrophobique. Elle fut assez chanceuse, elle n'est pas morte aussi violemment que ses victimes.

Par contre, le Wheel King? Non. Ses raisons pour vouloir les restes du moine Bodhi, non! Toute la salle a éclaté de rire quand nous avons finalement compris pourquoi il refusait les avances de Turquoise, pourquoi il portait une fausse moustache, la façon dont il avait observé le visage d'Ah-Sheng, qui était endormi... Creepy... Et non, il ne regardait pas son beau visage de façon lubrique. J'ai donné assez d'indices.

Les combats de Reign of AssassinsAwesome! Michelle Yeoh n'a rien perdu de sa forme. Sue me, j'aime le wirefu et le wuxia. Jiang Ah-Sheng se révélera être quelqu'un du passé de Xi Yu/Zeng Jing. Il s'était amélioré de beaucoup en combat, pas assez, mais vaillant effort. Et la raison derrière sa présence/disparition s'appelle Situs Inversus. Beaucoup de personnes ont ri à l'explication du Docteur Li (Chin Shih-Chieh), mais j'avais déjà entendu parler de ce phénomène dans un manga. J'ai fait une mini recherche et ça existe. Cela aurait été un bon épisode pour House m.d. ou Grey's anatomy.

Passons! Zeng Jing confrontera son mentor, le Wheel King, celui qui lui a enseigné le maniement de son arme - water-shedding swordplay technique - avec 4 points faible. Elle se rappellera de la leçon de Wisdom et le vaincra. Pour Jiang Ah-Sheng qui fut témoin de tout, malgré lui, elle répétera les paroles que Wisdom avait prononcé avant de mourir :

« I would willingly turn into a stone bridge
And endure 500 years of wind
And 500 years of sunlight
And 500 years of rain
If only she would walk over the bridge. »

L'histoire derrière ça vient d'un jeune homme qui veut devenir disciple de Bouddha. Il lui dit être amoureux d'une fille, Bouddha lui demande jusqu'à quel point. « Je me transformerai volontiers en pont de pierre. J'endurai 500 ans de vent. 500 ans d'ensoleillement. 500 ans de pluie. Si seulement elle marchait sur le pont. » Est-ce que c'est pas beau ça? Ce qui m'amène à mon grand regret.

Grand regret, les films chinois semblent avoir grand misère a montré un couple amoureux s'embrassant. Je ne parle pas de la triste tentative de Reign of Assassins entre Turquoise et le Wheel King - aeurgh! C'est mon côté fille qui ressort malgré ma jouissance des films de baston. Je veux un beau couple qui, lorsqu'ils sont amoureux, qu'ils ont traversé un enfer ensemble et se sont retrouvés, s'aimant toujours, s'embrassent - à grands coups de langues, please - en s'éloignant vers le soleil levant/couchant/à midi...

C'est pas trop demandé, après avoir vu toutes la palette d'émotions amoureux - peut-être légèrement cliché - passée dans leurs regards. Palette qui m'embarrassent assez souvent assise dans la salle de cinéma. Bouh ! C'est pas trop demandé.


Bande-annonce du film!





Cote : Festival Fantasia 2012 - Reign of Assassins


12 août 2012

The Protector 2


Chocolate
fanmade the Protector

Tony Jaa et Jeeja Yanin se retrouveront peut-être ensemble dans the Protector 2, bastonnant les méchants à la ronde et peut-être même s'affrontant l'un l'autre?

gifsoup.com

Cote : That's all!

8 août 2012

Fantasia '12 : The Sorcerer and the White Snake

L'animation 3D du film était pourrie! Aargh! Les deux serpents en synthèse... Wow....

Mais l'histoire était... cute... Moi qui pensais que Jet Li avait décidé de laisser tomber les films d'arts martiaux, le voilà dans un film wuxia en moine chasseur de démons. Je suppose que personne n'essayait de lui donner des rôles intéressants, et c'est pas Hollywood qui le fera. Leur liste de films avec des acteurs asiatiques par année doit se résumer à moins de 5. Et je refuse que l'on dise que l'homme n'est pas un bon acteur. C'est la barrière de la langue qui l'empêche d'être à son plein potentiel, parce que dans les films chinois, il est très bon acteur. Je le disais l'année dernière avec le film Ocean Heaven, les émotions passent par ses yeux malgré la dureté de son visage.

the Sorcerer and the White Snake
Donc, the Sorcerer and the White Snake, réalisé en 2011 par Ching Siu-tung, on retrouve Wen Zhang d'Ocean Heaven et Charlene Choi dans les rôles de comics relief. Eva Huang et Raymond Lam sont dans les rôles des amoureux impossibles. Et Jet Li dans le rôle du moine intransigeant. C'est une légende du folklore chinois, un homme tombe amoureux et se marie à une jolie femme sans savoir que c'est un démon-serpent millénaire, White Snake. Un moine tente par tous les moyens d'exorciser le démon/fée de notre monde.

Paraît que  the Sorcerer and the White Snake est un remake (-shrug-) qui peut me dire avoir vu les premiers films? J'avais commencé à regarder la série télé, mais j'avais pas accroché. Il semblerait que le moine était encore plus chiant dans la série et que les amoureux ont eu des enfants. La romance était plus présente, aussi.

Je n'ai vraiment rien à dire d'excellent sur ce film. Il était très beau par moment, mais les séquences d'actions et de batailles étaient trop... bof.

Et c'est moi qui dit cela. Les films d'action que j'aime le plus, c'est le wuxia et la fantaisie chinoise. Mais dans celui-là, il y avait trop de magie, de prières, d'images de synthèse poches, de mains de Bouddha et de wirefu (-ha! sacrilège!-). Pas assez de Jet Li qui donne des coups d'pied dans les dents. Je suppose que le fait de se battre contre des démons dont la majorité était femelle n'aidait pas. Pourtant, les films chinois n'ont aucun problème à montrer une fille qui se fait défoncer ou qui défonce, on sort la tête du trou.

Je me permets d'ajouter qu'une chose : je n'arrêtais pas de me plaindre que dans les films chinois, les amoureux ne s'embrassaient jamais. Nous entrons dans un nouvel ère du cinéma asiatique, on dirait. Il y en a de plus en plus et c'est tant mieux.

http://www.slashershouse.com/2011/11/18/critique-the-sorcerer-and-the-white-snake-film-2011/
www.slasherhouse.com 
J'ai trouvé cette image avec Google. C'est la mentalité du moine dans the Sorcerer and the White Snake, très bien résumé. Surtout en ce qui concerne le serpent blanc, en tout cas. Ce qui était injuste car elle aidait les mortels, malgré les répercussions sur sa propre vie. Le moine Fahai (Jet Li) se rendra compte de son intransigeance grâce à la lumière de Bouddha, Amitabha!

Bien entendu, il ne donnera pas une chance à nos amoureux tragiques de rester ensemble, quelques regards larmoyants et -hop- disparaît démon, c'est la volonté de Bouddha.

Bande-annonce!



Cote : Festival Fantasia 2012 - The Sorcerer and the White Snake